بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Questions de Fiqh

Bonjour,

J’aimerais savoir si couvrir les cheveux est réellement une obligation divine, car quand je lis le Quran, le verset qui porte sur le khimar « Fal yadribna bi khoumourIHINA 3ala juyoubihina » suggère que les femmes de l’époque portaient déjà des khimar culturels, donc le verset semble indiquer que c’est la poitrine et le corps qu’il faut couvrir. Si on relis ce verset dans l’époque actuelle où les femmes n’ont pas déjà un khimar sur leurs têtes, qu’en advient-il ? Pourquoi ne juste pas dire « fal hadribna bi KHOUMOUR 3ala joyoubihina » Bref, j’aimerais vraiment porter le voile si c’est une obligation, mais ça ne semble pas l’être dans ce passage. J’ai vraiment besoin d’une réponse s’il vous plaît, ça me tracasse énormément.

Merci beaucoup pour votre temps.

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'Allah le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Chère sœur,

Avant toute chose, je profite de votre question pour rappeler que l’établissement d’un avis légal dans la religion n’est pas à la portée du commun des gens et ne se fait pas simplement en lisant un verset du Coran ou un hadith du Prophète (paix et salut sur lui). Il faut maitriser l’art de la science religieuse qui est un océan profond et un parcours très long.

Lorsqu’on parle des Imams savants, cela désigne des hommes pieux qui ont excellé dans la science et dans les actes, qui ont eu le témoignage favorable d’une quantité innombrable de croyants au cours de l’histoire.

Ibn Abi Zayd (qu’Allah l’agrée) a dit en commentant une parole de Sofyane Athawri : « Une personne qui n’est pas un juriste prendrait les textes dans leur sens apparent alors qu’ils doivent être interprétés à la lumière d’un autre Hadith ou d’une autre preuve qui lui reste cachée, ou encore il pourrait s’agir d’une preuve annulée à cause d’une autre l’abrogeant. Personne ne rencontre (les critères de) la responsabilité du savoir à part ceux qui ont approfondi leur apprentissage et obtenu le fiqh. » L’Imam al Haythami (qu’Allah l’agrée) a dit une chose similaire.

Il a aussi été rapporté d’Ibn Wahb (qu’Allah l’agrée) : « J’ai rencontré 316 érudits parmi les gens de science, mais sans Mâlik et al-Layth (qu’Allah les agrée) j’aurai dévié. » (Rapporté par Ibn Hibban dans l’introduction d’al-Majrouhin).

La forteresse que constituent les écoles juridiques et ce qu’elles ont rassemblé comme science et avis est le moyen le plus sûr d’être préservé.

Quant à votre question, l’Islam a ordonné aux femmes musulmanes la décence et de ne pas révéler leurs atours devant des hommes étrangers, car il y a en cela une préservation de leur dignité et de leur honneur.

Le commandement de se couvrir et de se voiler a été mentionné dans le Saint Coran dans la sourate La Lumière (An Nour) en ces termes : {qu'elles rabattent leur « khimar » sur leurs « jouyoub »}.

Le « khimar » est le voile que la femme met sur sa tête pour couvrir ses cheveux, et les « jouyoub » ou (poches) sont les ouvertures de la chemise au niveau de la poitrine et du bras. Les femmes à cette époque avaient l'habitude d'aller aux marchés tandis que des parties de leur corps apparaissaient à travers ces ouvertures. Il leur fut alors ordonné de les couvrir afin de les préserver des regards indiscrets comme cela a été mentionné par les exégètes.

Les savants de la science légiféré ont déduit l’ordre relatif à l’obligation de se voiler.

Dans le Sahih de l’Imam Boukhari, Aicha (qu’Allah l’agrée) a dit : « Qu’Allah fasse miséricorde aux femmes des Ansar, quand Allah a révélé ce verset ({et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines}) elles déchirèrent leurs Mouroût (une sorte d'habit) et en firent de quoi se couvrir. »

Il existe également un texte dans la sourate Les Coalisés (Al Ahzeb) : {Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles.}

Le hijab n’a pas une forme bien déterminée, il varie d’une époque à l’autre et d’un pays à l’autre, car l’habit dépend de la culture de chaque pays et de ses traditions.

Pour cette raison, les savants ont fixé quelques règles pour l’habit légal des musulmanes : comment il doit être couvrant, large, ne décrivant pas le corps…

Et nous avons dans la tradition prophétique une guidée complète. Les mères des croyants et les femmes des compagnons (qu’Allah les agrée) étaient un parfait modèle dans la décence et la couverture, et il y a en cela une preuve que le hijab est une obligation religieuse.

Le hijab ne fait pas partie des piliers fondamentaux de l’Islam mais il reste une obligation et la femme musulmane doit faire un effort pour porter l’habit légal dans le but d’obtenir la satisfaction d’Allah le Très-Haut.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou Allah wa Barakatouhou

Dernières réponses

Réponses les plus consultées

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.