بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Cheikh Ahmed Tidjani

Qu'ALLAH l'agrée

Le majestueux Mouqadem, le guide parfait, à la bénédiction fulgurante, le Chérif honorable Abou Mohamed Sidi Abdelwahid Boughaly, l’une des élites dont on a attesté la détention de la Grande Ouverture.

Il préservait avec une grande assiduité sa religion et on ne le trouvait qu’en train d’évoquer ou de prier, consacré à accomplir ses cinq prières à la Zaouiya bénie, mettant toute son énergie à profiter des actes de bienfaisance, cheminant dans la Tariqa par son sentier le plus droit et il était recherché pour tous les besoins. Notre personnage était agité par une grande crainte de son Seigneur, il était vite saisi par l’état au moment de l’évocation, son état était une exhortation pour les gens et ses propos une orientation vers Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté).

Il a creusé deux tombes pour lui-même et il s'est promis avec le bien-aimé de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), le détenteur de l'immense Ouverture Sidi Mahmoud Tounsi (qu’Allah l’agrée), que celui des deux qui décéderait le premier serait enterré dans l'une des tombes puis le suivant dans l'autre. Ainsi, lorsque Sidi Mahmoud (qu’Allah l’agrée) décéda, il fût enterré dans l'une et notre personnage fût enterré par la suite dans l'autre. Ils furent enterrés ensemble dans le même tombeau. Dans leur caveau, sur leurs recommandations, furent enterrés un groupe d'entre les compagnons.

Parmi eux il y a le majestueux Mouqadem Sidi Abdelwahhab Ibn El Ahmar (qu’Allah l’agrée) qui est situé au niveau de leurs pieds et devant eux il y a Sidi Moussa ibn Ma’zouz (qu’Allah l’agrée), il y a aussi Mohamed Ibn Ghazi (qu’Allah l’agrée) et d'autres, qu'Allah leur fasse miséricorde.

Recherche et traduction par la Zaouiya Tidjaniya El Koubra d’Europe

Le savant de son époque Abou ‘Abdallah Sidi Mohamed Ibn Ahmed Kensoussi Qourachy El Hachimy El Dja’fary. Ce maître fait partie de ceux dont l’Ouverture spirituelle a été attestée dans cette Tariqa Mohammediya. Son mérite est répandu auprès de l’élite et du commun et il fut décrit comme détenteur de la sainteté complète, dévoué à guider les êtres sur le chemin de la droiture avec abnégation et effort sans se soucier en Allah de ceux qui blâment.

Sidi Mohamed Kensoussi, qu’Allah lui fasse miséricorde, fut un signe d’entre les signes d’Allah les plus éclairants ; il était soutenu par des degrés enviables, des prodiges apparents, des sciences abondantes ainsi que par des secrets, des Connaissances, des Ouvertures, des subtilités, des réalités et des faits extraordinaires parmi tous les êtres. Dans ses jeunes années, il demeura auprès de l’Émir des croyants, le Sultan Maoulana Souleïman, qu’Allah sanctifie son âme au Paradis, dont il fut le dernier vizir.

Initialement affilié à la Tariqa Nassriya, il expliqua lui-même les causes qui le conduisirent à prendre la Tariqa de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Lire la suite...

Le majestueux Chérif Sidi ‘Omar (qu’Allah l’agrée) fils de Sidi Mohamed, fils du grand Pôle et Ghaouth célèbre, celui que l’on désigne dignement du doigt de l’Orient à l’Occident, celui qui détenait les lumières de la Connaissance Divine, aux nombreux prodiges et au degré excellent Sidi Abdelaziz Dabbagh (qu’Allah l’agrée).

Notre personnage était sur les traces de son grand-père dans la conformité aux caractères prophétiques et l’acquisition des traits les plus honorifiques. Malgré ce qu’Allah lui avait donné comme secrets bien gardés et sciences dissimulées et aussi malgré son rang éminent et son mérite célèbre, il recherchait intensément celui qui pourrait le conduire sur le chemin de la Connaissance la plus parfaite, il s’acheminait d’une voie spirituelle à une autre. Il ne se satisfaisait pas de se complaire en ce qu’il détenait comme honneur, et ce, jusqu’à ce qu’Allah lui permit d’atteindre son espérance.

En effet, il entendit parler de la Tariqa de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), il lui écrivit et lui demanda l’accès à cette noble Tariqa cela après l’avoir auparavant rencontré.

Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui renvoya une lettre dont voici un extrait du contenu :

Lire la suite...

Le maître incontesté parmi les Chouyoukh des sciences de la réflexion et de la transmission, il avait les pieds fermement enracinés dans les connaissances des fondements juridiques et ses branches (Oussoul El Fiqh), Abou Yazid Abdrahman ibn Ahmed Chinguiti, descendant d’Abou Bakr Siddiq (qu’Allah l’agrée). Cet homme majestueux faisait partie des élites aux grands mérites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Il le connut avant qu’il ne soit entièrement manifesté et tira ainsi de sa niche des lumières particulières avant celles qui furent générales.

Il écrivit des poèmes élogieux sur Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dont certains, concernant le mérite des oraisons, sont retranscrits dans Djawahirou-l-Ma’ani. Il était un imam érudit dans plusieurs sciences. Il enseignait d’ailleurs à Fès et tous les nobles de son époque traversaient la ville à pied afin d’assister à son assise. De sa main surgirent d’éminents personnages. Sidi Abderahman Chinguiti, que Dieu sanctifie son âme, avant d’être affilié à Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) était considéré comme un individu très particulier. Il lui était reconnu un rang élevé, car il détenait la science qui caractérise les grands Connaissants parmi les gens au dévoilement authentique.

Lire la suite...

Le majestueux, le pieux, le parfait détenteur de la force spirituelle élevée et au caractère de grande valeur, notre maître Ahmed Benounah (qu’Allah l’agrée). Il recherchait les hommes saints, quelles que soient leurs stations de façon à tirer avantage de leur bénédiction et demeurer en leur compagnie. Il avait récolté d'eux beaucoup d'évocations particulières et d'oraisons.

Lorsqu'il rencontra Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), il l'aima intensément et rechercha son amour et sa compassion. De ce fait, il ne le quitta que très rarement. Il renouvelait souvent sa demande d'autorisation pour qu'il lui transmette le noble Ouird, mais à chaque fois Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) lui répondait : « À condition que tu délaisses tout ce que tu as récolté comme oraisons des Maîtres ». Mais son Nefs ne cédait pas en cela.

Il a été rapporté à son sujet qu'il passa une nuit bénie durant laquelle il a accompli tous les Aourad qu'il possédait, puis il demanda à Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) de lui montrer la station de Seïdina. Au cours de son sommeil, il vit en rêve Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui grandissait de plus en plus jusqu'à atteindre une dimension immense couvrant ainsi l'horizon. Sidi Ahmed Benounah (qu’Allah l’agrée) s'accrocha à sa main tant il en fut impressionné, et ce, jusqu'à son réveil. Puis il se leva d'un bond, partit à la majestueuse Zaouiya bénie et demanda où trouver Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret). On lui indiqua l'endroit où il était et Sidi Ahmed Benounah (qu’Allah l’agrée) rentra alors chez lui pour préparer à manger puis il alla le rejoindre.

Lire la suite...

L’homme doté de la grande bénédiction, le pieux et le majestueux Chérif Sidi Bou'izza el-Berbery  (qu’Allah l’agrée). Il éprouvait, qu’Allah lui fasse miséricorde, un amour sincère envers Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et il était fermement attaché à la corde de la Tariqa Tidjaniya. Il est celui qui a rencontré Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) en cachette lorsque plusieurs tribus furent rassemblées par le dissident connu sous le nom d’Amhaouche et cet événement est connu.

On rapporte à ce sujet que notre personnage habitait une région appelée Berbera avec sa famille et une année, le séditieux Amhaouche regroupa l’ensemble des tribus berbères qui avaient pris part à sa cause. Ce groupe conséquent d’hommes et de cavaliers sans scrupules avait pour dessein de poursuivre leur marche sur Fès afin de détruire le royaume et de ravager sa terre.

Sidi Bou’iza El Berbery (qu’Allah l’agrée) raconte son histoire :

Lire la suite...

Le savant majestueux, unique en son temps, à la science luxuriante et au degré somptueux, Abou ‘Abdallah Sidi Sahnoun ibn El Hajj de Laghouat (qu’Allah l’agrée). Il faisait partie des plus éminents savants de la Tariqa auquel on se référait. Il a pris la Tariqa auprès de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui lui écrivait.

Voici une lettre qu’il reçut de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) pour les disciples de Laghouat où il y évoque quelques grâces qu’Allah lui a octroyées :

« Par le nom d’Allah. Et prière et salut sur le Prophète. 

Par la grâce d’Allah, cet écrit est adressé à nos aimés et amis sincères, untel et untel, et à l’ensemble des disciples qui sont auprès de ce dernier à Laghouat, chacun par son nom et personnellement. Que la paix soit sur vous ainsi que la miséricorde d’Allah et Sa bénédiction, de la part de celui qui vous écrit, le serviteur pauvre en Allah, Ahmed ibn Mohamed Tidjani.

Nous demandons à Allah – qu’Il soit glorifié et exalté – qu’Il vous soutienne par Son aide, qu’Il déverse sur vous les océans de Sa grâce et de Son amitié, qu’Il vous suffise face aux soucis de ce monde et de l’au-delà et qu’Il vous préserve de la pauvreté de ce monde et du châtiment de l’au-delà. 

Lire la suite...

L’immense bénédiction, le généreux, l’évocateur dans la crainte et l’humilité, détenteur des caractères immenses, le docte majestueux et méritoire Abou ‘Abdellah Sidi Hajj El Kebir Mohamed ibn ‘Issa Lahlou (qu’Allah l’agrée). Cet homme majestueux fait partie des élites d’entre les compagnons qui ont accédé à l’Ouverture dans cette Tariqa Mohammediya. Il était délégué par Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) pour le remplacer dans quelques évocations particulières avec certains autres parmi les élites des compagnons.

Il a été rapporté par Sidi ‘Arbi ibn Sa-ih (qu’Allah l’agrée) que lorsqu’il partit visiter notre personnage au cours de la maladie qui allait engendrer sa mort, il lui demanda : « Ô Sidi, pour les évocations que tu faisais, as-tu délégué quelqu’un pour te remplacer ? ». Il répondit : « Je n’ai délégué personne pour cela, j’ai entendu Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dire :« Tous ceux d’entre mes compagnons qui évoquent une évocation, mais que la maladie empêche d’accomplir, Allah lui désigne un ange chargé de l’accomplir pour lui » je ne vais donc pas délaisser l’ange qui me remplace pour déléguer un être humain ».

Sidi ‘Arbi ibn Sa-ih (qu’Allah l’agrée) a dit à ce sujet : « Déléguer quelqu’un pour l’accomplissement d’évocations est valable dans notre Tariqa Mohammediya hormis en ce qui concerne les trois piliers : le Ouird (Lazim), la Wadhifa et le Dhikr du vendredi (‘Asrou) comme cela a été rapporté par Sidi Hajj El Kebir (qu’Allah l’agrée) qui a dit en parlant de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Je l’ai remplacé dans beaucoup d’évocations et parmi elles l’évocation de « Latif » »

Lire la suite...

Il est de la tribu des Aoulad Khlif près de Tiaret. Il fait partie des aimés de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et il était auparavant un brigand immergé dans l’agression, l’oppression, le vol de marchandises et l’effusion de sang dans la région où il sévissait. La terre cherchait protection contre ses agissements et malgré cela il fut devancé par l’Assistance Divine. Son guide est venu le prendre par la main afin de le conduire au summum de ses objectifs, ses yeux se sont réjouis par l’espoir qui résulte d’un apaisant repentir entre les mains de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret)

Au cours d’une période, les habitants de ‘Aïn Madhi et de ses environs se retrouvèrent dans un extrême dénuement et manquaient du nécessaire pour leur survie. En effet, en raison des troubles qui survenaient sur la région et qui rendaient les voyages dangereux, il leur était impossible de partir s’approvisionner en toute sécurité. Aussi s’adressèrent-ils à Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) pour qu’il écrive à notre personnage et lui demande d’accompagner la caravane dans sa destination afin d’assurer sa sécurité, cela leur permettrait de vendre leurs marchandises et d’acheter leurs nécessités.

Lire la suite...

Parmi eux, celui qui aimait Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et qui s’est voué à son service comme il se doit en se conformant à sa volonté en voyage avec lui comme en son absence, le grand Wali, le Connaissant célèbre, Sidi Hajj Mohamed ibn Moussa El Turki (qu’Allah l’agrée).

Il était noyé dans l’amour de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui avait demandé au Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) de garantir la sécurité pour son compagnon. Au commencement de l’affaire de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) avec ses compagnons, lorsque ceux-ci venaient lui réclamer la protection, il se conformait à leurs désirs jusqu’à ce que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lui ordonne de la garantir uniquement à ceux dont l’amour était confirmé comme il est mentionné dans le Machahid de Sidi Hajj ‘Ali Harazime (qu’Allah l’agrée).

En effet, il dit en réponse à Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) :« Sache, ô Sidi, qu’Allah soit satisfait de toi, que la réponse à ce que tu as demandé en ce qui concerne la protection envers les frères, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a répondu : « On me dit que tu mets sous la protection le village avec tout ce qu’il contient, le groupe avec tous ses membres et la tribu complète. Or tu sais que dans chacun de ces groupements il y a ceux qui témoignent de l’amour et les haineux. Si tu accordes la protection à tous, sans exception, la nocivité de ces derniers atteindra ceux que tu as protégés ; car ils ne bénéficient plus du cadre d’exaucement. Par conséquent à partir de ce moment, n’accorde la protection qu’à ceux dont tu es sûr de leur parfaite sincérité, de leur proximité ainsi que de leur amour pour toi. »

Lire la suite...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.