بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Cheikh Ahmed Tidjani

Qu'ALLAH l'agrée

Le Mouqadem, aux mérites évidents, qui s’empressait à l’accomplissement du bien, Abou Abdallah Sidi Mohamed ibn Hirzoullah (qu’Allah l’agrée), originaire d’Algérie. Il était d’une aspiration élevée, accroché fermement à la corde de la Tariqa.

Parmi l’ensemble des événements qui lui est parvenu avec Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), il est rapporté qu’une fois, il chevaucha sa monture pour rendre visite à Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Il désirait l’interroger sur trois questions :

- Sur le fait de pouvoir faire des saignées la nuit,

- Sur le fait de pouvoir tenir le chapelet (Soubha) de la main gauche,

- Sur le sultan de la vérité, l’Imam Mahdi.

Lire la suite...

L’homme béni et méritant, le Waly parfait, le guide suprême qui a sauvé l’aveugle comme le clairvoyant, celui qui a rassemblé les mérites qui sont dispersés chez les autres, celui qui aimait Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie sont précieux secret) et qui était aimé de lui entre tous les frères, le Mouqadem majestueux, Sidi hajj Taïeb Qabab (qu’Allah l’agrée).

Il fait partie de l’élite des élites parmi les compagnons de Seïdina (qu’Allah sanctifie sont précieux secret) et de ceux qu’il a autorisés de son vivant, pour la transmission du noble Ouird. Il fait également partie de ceux qui ont bénéficié de son regard particulier et de sa comparaison. Il laissait des recommandations aux frères à son sujet et parfois en leur écrivant, il le particularisait en le mentionnant sans mentionner autrui.

Notre personnage était entièrement soumis aux affaires et commandement de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie sont précieux secret), il était auprès de lui comme le mort aux mains de son laveur, il fait partie des devanciers, de ceux qui étaient les premiers au début du 13ème siècle de l’Hégire.

Lire la suite...

Il fait partie des Mouqadem particuliers de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qui eurent l’autorisation de transmettre les oraisons de cette Tariqa Mohamediya à son époque. Il était élevé auprès de lui à une place respectable et cela en raison de son amour, de sa compassion et de son enracinement dans cette Tariqa.

Il est l’un des méritants dont la station s’est heurtée à la station de Sidi Mohamed ibn Mechri (qu’Allah l’agrée), et tous deux furent atteints de jalousie mutuelle excessive et d’une rude concurrence au point que cet état se propagea entre les frères à Boussemghoune et qu’ils se départagèrent en deux partis.

Lorsque cette information parvint à Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), il leur demanda quelle en était la cause, ils lui dirent : « Mohamed ibn Abbas est jaloux d’ibn Mechri et ibn Mechri est jaloux de Mohamed ibn Abbas, la jalousie s’est alors répandue sur les partisans de chacun des deux ».

Lire la suite...

Parmi eux le très grand savant, le perspicace doué de compréhension, celui qui porte le rite de l'imam Malik, celui qui prend les sciences les plus droites, dépôts des secrets et des connaissances, commentateur de la Tariqa Tidjaniya, le chérif de très grande valeur Abou Abdallah Sidi Mohamed Ibn Mechri (qu’Allah l’agrée).

Il faisait partie de l'élite des élites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), de ceux qui héritèrent de l'abreuvoir des sciences révélées et qui avaient accès à certains secrets du monde des mystères.

Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l'avait pris comme Imam pour la prière et comme scribe rédigeant ses lettres et réponses, écrivain de ce qu'il entendait ou de ce qu'il lui dictait.

Sa première rencontre avec Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) fut en l'an 1188, année de son retour du pèlerinage jusqu'à TIemcen. Il transmit ainsi à son compagnon, dépôt de ses secrets, le très grand savant Sidi Mohamed Ibn Mechri El Hassani (qu’Allah l’agrée) As-sa-ihi At-Touqourti, la voie Khalwatyya. Il a reçu également de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) des secrets et d'autres Dhikr, et resta en sa compagnie jusqu'à ce qu'il décède en 1224.

Sidi Mohamed ibn Mechri (qu’Allah l’agrée) est l'auteur du livre El Jama' qui regroupe les différentes sciences. Il écrivit aussi un livre intitulé Nousra El Chourafa Fi rad ‘ala ahlou jafa (Secours aux chérifs dans la réplique aux gens hautains).

Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l'avait pris comme Imam pour diriger la prière, car à cette époque il n'aimait pas passer Imam sauf lorsqu'il était au sein de sa famille, chez lui. En 1208 il a dû faire Imam à cause de circonstances qui l'imposaient durant cette période, ceci fût relaté dans Jawahirou-l-Ma'ani.

Lire la suite...

Il est né à Abi Semghoune, sa mère est l'honorable Dame Mabrouka. Il a pris la Tariqa de notre maître Seïdina Cheikh Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), mais d'après les informations, il ne l'autorisa pas pour transmettre le noble wird. Cependant sidi Hajj 'Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée) l'autorisa pour certains adhkars particuliers.

Sidi Mohammad El Kebir (qu’Allah l’agrée) n'a jamais nommé de Moqadem et ceux qui prétendent être désignés par lui n'ont aucun fondement. Il est parmi ceux qui ont survécu, après la mort de Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret), avec son frère Sidi Mohammad El Habib as-Saghir (qu’Allah l’agrée). Car Seïdina Cheikh Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) eut beaucoup d'enfants, garçons ou filles, mais la plupart sont morts à Fès. Parmi eux, il eut une fille, Saïda Fatima qui fut enterrée dans le cimetière de Bab el Ftouh près de la ville.

Seïdina Cheikh Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) s'occupait beaucoup de notre personnage ainsi que de Mohammad El Habib (qu’Allah l’agrée), les contemplant par le regard de l'agrément et il demanda pour eux, directement, la garantie du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). Le Prophète Mohammad (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lui annonça qu'ils auraient le secret suprême et qu'ils seraient ses héritiers après sa mort. Il maria ses deux enfants au cours de sa vie et c'est lui-même qui écrivit le contrat de mariage en présence de l'élite de ses grands compagnons.

Notre personnage avait atteint une haute station dans la connaissance d'Allah et le Pôle Sidi Hajj 'Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée) était lui-même à son service et s'occupait personnellement de ses affaires. Lorsqu'il constata l'ouverture spirituelle (Fath) du fils de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et qu’il remarqua son grand pouvoir caché de gérance, il eut peur et désigna alors quelques personnes de confiance pour s'occuper des affaires de Sidi Mohammad El Kebir (qu’Allah l’agrée). Parmi eux se trouvait Sidi Rayan (qu’Allah l’agrée).

Sidi Hajj 'Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée) déménagea à Tamacine et Sidi Mohammad El Kebir (qu’Allah l’agrée) resta à 'Aïn Madhi dans la maison de Sidi Cheikh Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) avec son frère Sidi Mohammad El Habib (qu’Allah l’agrée) et leur famille. Tout le monde les respectait et ils reçurent de nombreuses visites de l'élite et du commun qui voulaient tirer profit de leurs lumières complètes et beaucoup de gens purent en profiter par leur intermédiaire.

Lire la suite...

Il avait la garantie du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), ainsi que son frère, d’avoir la perfection dans la Connaissance d'Allah. Il a été rapporté, par Sidi Abdelaoui (qu’Allah l’agrée) à propos de notre personnage, des choses si étonnantes qu'elles ne peuvent être conçues par la raison. Il était le rassembleur des secrets, la source des prodiges extraordinaires, au pouvoir de gérance apparent, qui prenait un grand soin à préserver ses secrets et ceux de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée) est né à Fès de sa mère Moubaraka alors que son frère est né à Boussemghoune, de sa mère qui s'appelle Mabrouka. Lors du décès de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) il avait 15 ans. Il est alors parti, avec son frère, de Fès pour 'Ain Madhi accompagné par le Pôle Sidi Hajj 'Ali Tamacini (qu’Allah l’agrée), conformément à la dernière recommandation de leur noble père.

Il a fait son pèlerinage l'année 1265 de l'hégire (1848 ap.JC), c'est de là-bas qu'il ramena sa servante Zahra, la mère de son fils Sidi Ahmed ibn Salim (connu aussi sous l’appellation d’Ibn el Habachiya). L'enfant mourut du vivant de Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée). Il annonça par ailleurs, suite aux funérailles de son fils, ceci : « Tous ceux qui ont assisté à la cérémonie funéraire de mon fils entreront au Paradis ! ». Il lui a été fait remarquer que 'Ali Zalat un consommateur de drogue et Chemha la juive y avaient aussi assistés, il a répondu : « Même eux ».

Plus tard, il s'est avéré que 'Ali Zalat a arrêté de consommer de la drogue et il eût l'apparition du Fath. Quant à Chemha elle tomba malade après la mort de Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée) et elle demanda à ses enfants de l'emmener à 'Aïn Madhi. Dès qu'elle arriva à côté du tombeau de Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée) elle proclama l'attestation de foi à haute voix et elle ne cessa pas malgré les coups que lui infligèrent ses enfants, jusqu'à sa mort.

Il a été rapporté qu'il fît son pèlerinage en compagnie de compagnons de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Parmi eux se trouvait le maître Souleïman ibn Sa'd (qu’Allah l’agrée). Lors de leur arrivée en Égypte, les savants vinrent visiter Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée), mais il ne parla à aucun d'entre eux, s'occupant de ses oraisons par crainte que ceux-ci ne se nuisent à eux-mêmes en constatant que Sidi Mohamed El Habib (qu’Allah l’agrée) ne maîtrisait pas la langue arabe.

Lire la suite...

Parmi eux le connaissant, le guide vers Dieu, exemple de bonne conduite, le Wali connu, celui qui a eu les prodiges apparents, les caractères nobles, aux comportements éclairants, Abou Abdallah Sidi Mohamed El Ghali Abou Taleb, chérif Hassanite (qu’Allah l’agrée).

Cet homme considérable fait partie de l'élite des élites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Il fait également partie des dix personnes ayant eu la garantie de la grande ouverture par le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et des piliers de la Tariqa.

Il est parmi ceux qui l'ont propagé en Orient et en Occident et c'est par lui qu'elle est arrivée en Afrique saharienne (ancien Soudan occidental). Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) l'a diplômé dans la Tariqa et lui a ordonné de nommer quatre Mouqadem et que chacun d'entre eux en nomme à leur tour quatre sans plus.

Ce statut particulier ne lui était valable que du vécu de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) jusqu'à son décès, et ce, avant le départ de Sidi Mohamed El Ghali (qu’Allah l’agrée) pour les lieux saints. Après son séjour aux lieux saints, la contrainte du nombre des Mouqadem s'est effacée.

Il était connu pour son effort dans l'obéissance envers Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté). Un jour, alors qu'il faisait son Dhikr avec concentration face à la Présence Divine, sa fille tomba du haut de la maison sans que cela change ou modifie ses états. Il est resté à sa place, jusqu'à ce qu'il termine son Wird.

Il avait une psalmodie dans ses adorations qui était sans égal, on raconte qu'il glorifiait 27 fois Allah lors d'une seule prosternation. Il fut rapporté qu'il lui arrivait d'accomplir la prière du 'Icha puis il faisait son LAZIM, et ce, en deux heures tellement il psalmodiait sous l'effet de la Présence Divine.

Lire la suite...

Parmi eux le détenteur des stations les plus enviables et des lumières rayonnantes, des mérites glorieux et des prodiges apparents, le grand Wali et le Connaissant célèbre, le savant de son époque, incomparable en son temps, Abou Abdallah Cheikh Sidi Mohamed El Hafidh El 'Alawi El Chinguiti (qu’Allah l’agrée).

Il faisait partie de l'élite des élites parmi les compagnons de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), à qui a été ouverte la grande sainteté. Il est parmi ceux dont on a témoigné du Fath (Ouverture spirituelle) par le biais de Seïdina Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret).

Cheikh El Hafidh (qu’Allah l’agrée), après avoir acquis les sciences officielles et être devenu imam, décida d'aller faire son pèlerinage à la maison sacrée et de visiter le tombeau du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). Il a considéré que la finalité de son voyage serait la rencontre avec un maître parfait parmi les gens de Dieu.

Lors de son trajet, il fut en compagnie d'un homme originaire de Sejelmassi (Maroc). Quand l'intimité s'installa entre les deux hommes, chacun raconta à l'autre son secret. Or il s'est avéré que les deux avaient le même objectif, ils se sont donc mis d'accord sur le fait de s'informer mutuellement de la découverte du cheikh désiré.

En arrivant à la Mecque, cheikh Mohamed El hafidh (qu’Allah l’agrée) ne cessa pas les efforts, en demandant à Allah (qu’Il soit Glorifié et Exalté) dans tous les lieux d'exaucement. Alors qu'un jour il se trouvait à faire le Tawwaf autour de la maison sacrée, il rencontra un homme qui lui dit discrètement : « Ton maître est untel » et il a nommé Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) qu'il ne connaissait pas.

Lire la suite...

Parmi ses grands compagnons le savant de son époque, Cheikh El Islam et guide pour les humains, celui qui porte l'étendard de la science et des connaissances particulières, défenseur de cette Tariqa Al Ahmadiya, protecteur de son honneur, Cheikh Abou-l-Ishaq Seïdina Ibrahim Riyahi Tounsi (qu’Allah l’agrée).

Il fut tout d’abord dans la Tariqa Chadhiliya. Lorsque le Khalife Sidi 'Ali Harazim (qu’Allah l’agrée), grand compagnon particulier de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret), est arrivé dans les premières demeures tunisiennes en 1211, il rencontra notre personnage et fit connaissance avec lui. Puis il séjourna chez Sidi Ibrahim Riyahi, à la Madrassa, où leur amitié s'est renforcée.

Il a vu de sa part de nombreux prodiges et a entendu de lui les vertus de Seïdina Ahmed Tijani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) et de sa Tariqa. Il désirait entrer dans cette Tariqa Mohammediya et il se le répétait souvent en lui-même. Celui qui l'avait initié à la Chadhiliya et qui faisait partie des grands hommes de Dieu à l'ouverture manifeste, lui conseilla clairement de prendre cette Tariqa, il se conforma ainsi à son conseil.

Avant de rencontrer Sidi Hajj 'Ali Harazim (qu’Allah l’agrée), il avait vu un rêve qui lui annonçait l'acquisition prochaine d'une station parmi les stations. Lorsqu’il rencontra le Khalife, il lui raconta cela, celui-ci lui fit le commentaire d’une partie de ces signes et lui promit la suite de ce qui restait comme signification plus tard, il l'invita à rentrer dans la Tariqa, ce qu’il fit.

Parmi les évènements qui ont été rapportés du séjour de Sidi 'Ali Harazim (qu’Allah l’agrée) chez Sidi Ibrahim (qu’Allah l’agrée) en Tunisie, il y a ceci : Le Khalife lui dit un jour : « Je désire faire le Dhikr dans la maison, fais attention que personne n’entre jusqu’à ce que je sorte ». Puis il entra et Sidi Ibrahim Riyahi (qu’Allah l’agrée) resta devant la porte. L'attente fut si longue qu'il n'espérait plus le voir sortir, il se lassa, ce qui le poussa à entrer pour voir ce qu’il était en train de faire, mais il ne trouva personne.

Lire la suite...

Le Pôle parfait et le secours excellent, détenteur des prodiges abondants et des mérites courants de cette communauté, pleine lune du bonheur qui a illuminé les obscurités et le soleil de la guidée, Abou-l-Hassan Seïdina El Hajj 'Ali ibn Seïdina Hajj 'Aïssa Tamacini (qu’Allah l’agrée).

Il faisait partie de l'élite des élites parmi les compagnons de Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Il avait atteint des degrés immenses, dont Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) témoigna. Ce majestueux compagnon est un Chérif Hassanite, sa famille était originaire de Yanbou’ en Arabie et ce fut l’un de ses aïeuls, en provenance de la région de Sejelmassa (au Sud du Maroc), qui s’installa avec sa famille dans l’oasis de Tamacine, dans le Sud-est algérien. Il y naquit en 1180 de l’Hégire (1766 apr. J.-C.) et y vécu avec sa famille.

Son premier contact avec Seïdina Ahmed Tijani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) se déroula par l’intermédiaire de Sidi Mohamed ibn Mechri et selon les circonstances suivantes :

Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) confia à ce dernier un dépôt en lui ordonnant de ne le donner qu’à celui qui le lui réclamera. Sidi Mohamed Ibn Mechri (qu’Allah l’agrée) se dirigea vers les gens de sa tribu d’origine, car peut-être trouverait-il auprès d’eux, celui qui obtiendrait ce bien, mais il ne rencontra point celui qui fut destiné à recevoir le dépôt.

Il se dirigea alors vers une autre région, puis vers Tamacine où il fit la rencontre de Sidi Hajj ‘Ali qui sortait de son jardin. Sidi Hajj ‘Ali le salua et lui proposa de l’héberger pour son séjour puis ils se donnèrent rendez-vous à la mosquée après la prière du ‘Icha. Après ladite prière, ils se dirigèrent vers la demeure de Sidi Hajj ‘Ali et ils dînèrent ensemble. Par la suite, ce dernier réclama à son hôte le dépôt que lui avait confié le grand Cheikh (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Sidi Mohammed ibn Mechri (qu’Allah l’agrée), qui ne l’avait jamais rencontré auparavant, rebuta à le lui donner pensant qu’il ne serait pas apte à supporter un tel secret, mais face à la bienveillance et l’insistance de Sidi Hajj ‘Ali, il sut clairement qu’il était bel et bien celui qui devait recevoir le dépôt et il le lui donna en disant : « Pas de privation pour celui à qui Allah octroie ». Cela se déroula en l’an 1203 H alors qu’il était âgé de 23 ans.

Lire la suite...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.