بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Questions de Fiqh

Assalamou aleikoum,

Je vous interpelle car j'ai eu une demande en mariage d'un homme ayant étudier l'islam en Egypte. On dit de lui qu'il a un savoir riche en sciences islamiques, issu de bonne famille et avec un bon comportement dans l'ensemble. Il m'a demandé quelles étaient mes conditions de mariage? Je lui ai répondu: Que mon époux soit pieux pour son âme et utile pour les gens (salihoun li nafssyh wa mousslihoun li khayrih). Ainsi qu'il puisse être capable d'assurer les besoins financiers de sa famille (métier stable). Il m'a répondu que j'avais tort de refuser une demande de mariage venant de quelqu'un de pieux juste parce qu'il n'a pas d'emploi. J'ai estimé qu'il n'était pas capable d'assurer les besoins de base de sa famille financièrement. Voilà la raison de mon refus.

J'aimerai savoir si au niveau fiqhy j'ai eu tort ou raison d'avoir refuser car je ne veux pas encourir la colère divine.

Jazakoumoulaho hayra

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Sur ce sujet récurrent, il faut distinguer entre deux choses. Dans la science légiférée, il existe deux notions :

- La « rukhsa », c'est-à-dire allègement, facilitation, permission;

- Et son opposé la « ‘azima », ce qui signifie détermination, observer le devoir sans tenir compte des obstacles.

Du point de vue jurisprudentiel, l’ordre rapporté dans le hadith: « Si se présente à vous celui dont vous êtes satisfait de sa religion et de son comportement alors mariez-le » est considéré comme un acte méritoire (« mandoub »). Et dans la classification des œuvres, l’acte méritoire est récompensé s’il est accompli mais son délaissement n’est pas un péché.

Ensuite, c’est une question de degré de foi, de piété, de détermination à se rapprocher de Dieu. Le croyant a la certitude que la subsistance vient d’Allah et c’est Lui seul le Pourvoyeur. Tout acte est basé sur l'intention et le fondement dans cette affaire est la religion et le caractère moral. Allah le Très-Haut dit : « Mariez les célibataires d'entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S'ils sont besogneux, Allah les rendra riches par Sa grâce. » (Sourate 24, verset 32)

Il est permis à la femme de se marier avec un homme qui a la foi et la religion mais dont les ressources financières sont limitées, et de patienter avec lui si elle le souhaite. C’est un choix personnel de piété.

« Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit. » (Sourate 65, versets 2-3)

Il faut savoir aussi différencier entre celui qui ne travaille pas du fait d'une situation involontaire et temporaire, et celui qui ne travaille pas par fainéantise, qui est incapable de subvenir aux minimums des besoins familiaux.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam aleykum

Ma question porte sur le divorce. Il y a deux ans et demi nous avons divorcé. Mon ex mari a prononcer 3 fois je te divorce, il n’était pas dans un état de colère et sain d’esprit. Aujourd’hui il veut qu’on se remarie. Car il dit que son intention n’était pas un divorce définitif.

J’aimerai savoir si un remariage entre nous est licite au yeux d’Allah ? Car j’ai lu qu’un divorce prononcer 3 fois la femme n’est plus halel à l’homme (sauf si par malheur elle divorçait encore d’un autre homme ou devenait veuve, ...)

Pouvez-vous me renseigner baraka ufik um

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

L’avis jurisprudentiel considéré et pratiqué est que la prononciation de la formule de la répudiation trois fois dans la même assise est considéré comme un seul divorce. Et même si le mari répète plusieurs fois sa formulation de divorce, cela sera considéré comme une simple affirmation et répétition. C’est cet avis qui a été choisi par Cheikh al-Islam Ibn Taymiya et plusieurs autres savants après lui dans le but de préserver la famille et pour éviter la discorde et la corruption.

De ce fait, si le mari désire se remarier avec son ex-femme, et que la période de viduité de cette dernière est écoulée, il doit de nouveau contracter le mariage avec ses conditions connues dans la religion (le tuteur, la dot, le consentement, les témoins).  

Il doit également placer une bonne intention et vouloir faire de ce mariage une cause de bonheur familial et de bonne compagnie car cela fait partie des buts légaux présumés du mariage.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam Aleykoum

Après une relation dans zinaquelle est la période de repentir exact ?
Certains disent d'attendre 1 mois avant de se marier, aussi appelé "période de viduité" de la femme, d'autres disent de ne pas attendre.

Baraka Allahoufik 

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

La période de séparation entre deux personnes qui ont vécu une relation charnelle illégitime avant de se marier légalement est exigée par plusieurs savants. Elle est connue par « l’istibra » ou viduité pour la femme, elle se réalise avec une seule menstrue au minimum, jusqu'à trois menstrues.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salem alikom

Je voudrais vous poser une question svp concernant le mariage de mon frère. Mon frère il y a quelques années fréquentait une française chrétienne. Ma mère a toujours été contre car c’est une française elle voulait qu'épouser une algérienne muslima. Malgré que ma mère soit contre mon frère est parti avec cette femme du jour au lendemain la veille d’un ramadan en disant à ma mère je quitte le domicile familiale je vais m’installer avec elle.

Ma mère était contre il est parti, quelques temps après il nous indique que celui ci avait fait le mariage religieux avec la fatiha qu'il ne s'était pas installé avec elle dans le haram.
C'est sa parole ni mon père n'a insisté ni ma mère ni personne de ma famille

On apprend quelques mois après que cette fille se serait converti a la mosquée. On apprend également à la suite que cette dernière est enceinte 9 mois après que mon frère soit parti mon neveu est né.

Les années passent ma mère refuse toujours cette union et même avec un enfant elle refuse de le reconnaitre le considérant comme un batard…

Elle va à la omra et depuis elle accepte de parler et recevoir mon frère chez elle sans parler ni de l’enfant ni le voir encore moi de la femme.

Une occasion se présente dans la famille, ma sœur organise la aakika de sa fille et invite toute la famille on se retrouve tous elle voit le fils de mon frère pour la première fois sans faire de scandale.

Le aid 2020 se présente mon frère emmène sa femme et son fils chez moi la deuxième sœur elle voit aussi la femme sans lui parler et le neveu. Elle parle avec lui elle fait un effort pour lui parler jouer avec lui et offrir un cadeau.

On croyait que cela s’arrangerait petit à petit jusque il y a 3 jours ou elle change subitement d’avis et revient sur ses positions elle ne veut ni entendre parler de cet enfant ni de sa femme. Elle insulte mon frère en lui disant qu’elle a honte de lui qu’il a épousé une fille non vertueuse qui n’est pas convertie mais plutôt convertie uniquement pour avoir mon frère elle lui dit quelle n’est pas radiya aalih et qu’il n’aura jamais sa bénédiction.

Le cas aujourd’hui est que toute la famille est chamboulée, mon frère considère qu’il n’a rien fait de mal ne veut plus appeler ma mère, ma mère ne veut plus entendre parler de mon frère. Mon frère a le soutien de toute la famille maternelle oncle et tante qui sont d’accord avec lui il considère que ma mère est fautive et est trop dure car comme tout le monde est avec lui c’est elle qui est en tort.

Je me tourne donc aujourd’hui vers vous pour nous donner un avis religieux.
Qui est en tort? Qui agit correctement?
Que faire pour résoudre se problème ? Que faire pour adoucir le comportement de mon frère et ma mère? Et surtout que dit notre belle religion sur un cas comme le notre svp aidez nous?

Jazakoum allah ou khairane

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

La conduite de ce jeune homme est inappropriée car il n’est pas permis à un musulman de vivre avec une femme sauf à travers le mariage légal. Allah le Très-Haut a dit dans la sourate Les croyants : « et qui préservent leurs sexes [de tout rapport interdit] ».

Cependant, s’il s’avère que sa position est désormais correcte après un repentir sincère, et qu’il s’est uni avec cette femme au moyen d’un contrat de mariage légal avec ses conditions, et suite à l’observation de la période de viduité, alors on considère que le mariage est légal et il ne nous est plus permis d’avoir une mauvaise opinion ou de juger que le mariage ou la grossesse sont illégales…

J’espère que cette famille réussira à traiter cette situation avec sagesse et miséricorde, car les liens familiaux, de parenté, de fraternité ainsi que la piété filiale sont des principes élémentaires dans le message de l’islam. Il n’est pas permis de rompre ces liens ou de déchirer la famille à cause de ce mariage, surtout que cette femme s’est convertie à l’islam, il faut alors montrer les caractères moraux de la religion qui sont la tolérance, l’union et l’harmonie.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Selem aleykoum

Ma copine est dans une situation compliquée, elle a été mariée de force religieusement et civilement en Algérie , cependant l’homme n’a pas encore ses papiers , elle veut partir de chez elle pour cette raison aussi parce que ses parents lui font vivre un calvaire, mais ses parents lui ont dis que si elle partait de chez elle ils ne lui parleront plus à vie , en islam c’est haram de rompre les liens avec les parents , que doit elle faire svp ?

Merci

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'Allah le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Il n'y a de force et de puissance qu'en Allah !

Il n’est pas permis au tuteur de contraindre au mariage celle qui est sous sa responsabilité, surtout si elle n’a aucun intérêt en cela. Si cette femme a été mariée de force, alors elle est victime de l’ignorance de ses parents, et elle a dû déclarer son refus explicitement devant le juge lors de la conclusion du contrat du mariage.

D'abord, je ne lui conseille pas de quitter la maison de cette façon. Ensuite, une telle situation ne peut être traitée de loin, surtout qu’il nous manque plusieurs éléments: quelle est la durée de ce mariage ? Le mari est-il un homme qui craint Dieu et qui cohabite convenablement avec elle ? A t-elle essayé de parler et discuter avec lui ? Pense t-elle pouvoir patienter, peut-être Allah fera t-Il descendre l’amour et l’affection dans son couple ?, et plusieurs autres éléments à prendre en compte selon le cas. La sœur doit penser au mal et aux mauvaises conséquences potentiels si elle quitte la maison.

Nous demandons à Allah pour elle qu’Il redresse son état difficile et qu’Il le change par une situation et une issue favorables.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou Allah wa Barakatouhou

Salam Aleykum,

Un frère est marié depuis plus de 2 ans. Malheureusement, avant son mariage, sa femme et lui ont eu des relations intimes.
Ils n'ont pas attendu de délai de viduité, et même si ils se sont mariés pour éviter de pécher, il doute que le repentir ait été en bonne et due forme.
Nous avons récemment vu que certains savants posent le repentir et le délai de viduité comme des conditions nécessaires à la validité du mariage, tandis que d'autres n'en font pas des conditions de validité. Nous sommes un peu perdus. Doit il refaire le mariage ?

BarrakAllahu fik

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

La fornication (« zina ») est un immense acte immoral et un grand péché, et son mal est périlleux pour l’individu et la société. Allah le Très-Haut a dit : « Et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin ! » Celui qui a été éprouvé par cette obscénité doit se repentir sincèrement et retourner vers Allah et multiplier la demande de pardon.

Allah le Très-Haut a dit dans le Coran : « Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition. Et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie. Sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Ensuite, si celui et celle qui ont commis la fornication se sont repentis sincèrement alors ils peuvent se marier. La majorité des savants (« joumhour ») considèrent qu’épouser la femme avec qui on a commis la fornication est un mariage valide religieusement.

Il existe effectivement une divergence en ce qui concerne la période de viduité de la femme qui a commis ce péché: les hanbalites et les malikites considèrent que son observation est obligatoire; quant à l’avis des hanafites et chafi’ites, c’est qu’elle n’est pas obligatoire.

Par conséquent, et partant du précepte favorisant le repentir et la réparation des fautes, et suivant la règle de la facilitation dans la religion, nous retenons l’avis qui considère que ce mariage est valide tant qu’il a observé ses conditions de base, et je conseille aux deux époux de multiplier la demande de pardon et les invocations et de garder une bonne opinion d’Allah, qu’Il soit exalté.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam oualikoum

J’aurais une question. Mon mari peut-il me pardonner ce que j'ai fait ?

Je vous explique: j’ai volé mon mari pendant 11 ans je lui prenais de l’argent non pour le plaisir mais pour les besoins familiaux. En effet celui-ci a un salaire mais me laisse seule subvenir aux besoins de mes enfants. N’ayant aucune sortie je lui ai pris de l’argent pour finir ces mois difficiles. Il ne m’aide en rien malgré que ce soit un bon musulman il prie ne ment pas ne vole pas mais il n’a pas le comportement envers moi sa femme et ses enfants. Je ne peux le raisonner il est très difficile à parler surtout d’argent. Comment je peux arranger les choses et peut-il me pardonner ? Et surtout le plus important ALLAH me pardonnera-t-il mes fautes ? Je prie et fais des dou'as chaque jour pour que son cœur s’apaise. Je pense à mon mari a la tristesse à laquelle il y est et à mon mari. Moi je passe en second rôle. Pourriez-vous me répondre?

BarakAllaoufik

 
 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’Allah le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Cette dame a pris en secret de l’argent à son mari sans le mettre au courant, mais elle a bien précisé qu’elle a fait cela par nécessité pour subvenir à ses besoins indispensables ou ceux de leurs enfants et de la maison sans excès ni gaspillage.

Dans ce cas, elle ne peut pas être considérée comme une voleuse, et ce qu’elle a fait n’est pas un péché qui amène la crainte d'une punition, car elle était dans la nécessité et « La nécessité se mesure à sa juste valeur », et Allah juge les intentions.

Vu l’état décrit du mari, elle ne doit pas l'informer de cela, et qu’elle soit apaisée par rapport à cela. Cependant, s’il reprend ses responsabilités financières envers sa famille, alors elle doit arrêter sur le champ et ne jamais retourner à ces agissements.

Cherchez, chère sœur, à vous rapprocher de votre mari avec des bonnes paroles et avec un dialogue calme, tout en multipliant les invocations et les demandes à Allah le Très Haut afin qu’Il apaise vos cœurs et qu’Il place l’affection et la miséricorde dans votre famille. Et soyez toujours obéissante envers lui et ne vous préoccupez pas beaucoup du passé.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

 

Assalamu alaykum,

Je vous contacte car j’aimerais avoir des réponses a quelque questions. Tout d’abord je vais vous expliquer la situation.
On va les appeler Abrah et Sirine, Abrah est musulman depuis son enfance ces parents aussi, Sirine n’est pas née musulmane elle a des parents français mais elle a une soeur qui c’est convertie a l’islam puis c’est marier religieusement et civilement. Au divorce des parents de Sirine, Sirine s’intéresse beaucoup a l’islam et se renseigne très bien avant se se convertir après l’avoir annoncer a ces parents. Ils n’étaient pas d’accord mais Sirine vivait chez eux puis des soucis sont venu, le juge a alors mis la garde a la soeur de Sirine. Donc Sirine vie chez sa soeur et le marie de sa sœur. Sirine après 2ans dans l’islam elle réfléchit et prend de elle même la décision de mettre le voile a ces 17ans. Elle c’est renseigner auprès d’imam et ils lui ont dit de le garder aussi devant son beau-frère alors elle le garda.
Abrah et Sirine ont très bien réfléchi et sont sur de leurs choix alors ils parlent de mariage religieux, être marier religieusement pour ne pas commencer a être dans le haram donc les présentation avec la famille de abrah se passe très bien puis avec la famille de Sirine pareil très bien. Les 2 familles se rencontrent ensuite et s’entendent merveilleusement. Comme Sirine a des parents non musulman on a donc penser prendre comme tuteur son beau-frère pour que les parents d’abrah demande la main a son beau-frère et a la soeur de Sirine mais le beau-frère nous dit que il c’est renseigné et que on ne pouvait pas lui demander la main de Sirine. Sachant que Sirine aura 18ans en Avril, si on le faisait a ces 18ans (le halel), a t’elle quand même besoin d’un tuteur ou non ? Et si elle doit avoir un tuteur autre que ces parents car ces parents ne sont pas musulman doit-on quand même demander la main aux parents de Sirine ou Sirine peut-elle prendre un tuteur musulman et majeur que elle même choisiras qui peut venir de la famille de Abrah ou autres personne de confiance ? Et le plus important pour que le halel entre Abrah et Sirine soit accepté si on peut avoir quelque conseils de votre part pour un halel accepté devant Allah.

Merci d’avance pour votre retour,
Barakallah oufik

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Le mariage musulman ne peut pas s’effectuer sans le tuteur (représentant légal de la femme), suivant la parole du Prophète (paix et salut sur lui) : « Il n’y a pas de mariage sans tuteur ».

Ce dernier est le père, ensuite le grand-père, ensuite le frère, et ainsi de suite de proche en proche.

Cette fille s’est convertie à l’islam, son tuteur doit être musulman, c’est une condition nécessaire pour la validité du mariage. Le juge (qadi) est le tuteur de celui qui n’a pas de tuteur ; si cela n’est pas possible, comme dans notre cas, alors c’est celui qui représente la communauté musulmane dans cette contrée, comme le président d’un centre islamique ou l’imam. S’il n’y en a pas, alors le mari de sa sœur peut l’être dans notre cas.

Rien n’empêche que le père soit présent pour le mariage de sa fille. Fait partie de la piété filiale que la fille informe son père sur le sujet.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam alikom
je me suis mariée récemment, en Avril 2019 j'ai fais le livret de famille et en juin 2019 j'ai fais la fatha, mais je n'ai toujours pas rejoins le domicile de mon mari, je suis toujours chez mon père, il était prévu que je parte de chez moi au mois de décembre durant lequel la famille de mon conjoint et la mienne ont décidé de faire "3caht lahlal".
Mon mari habite en France et on a fait un livret de famille français. nous avons appris au début du mois d'août 2019 que mes papiers étaient prêts. la procédure veut que j'aille en personne pour les récupérer. mon mari a voulu que j'aille les récupérer seule mais mon père n'a pas voulu que j'y aille seule, car pour lui tant que je ne suis pas sorti de chez lui il préfère que je n'y aille pas seule pour des raisons de (soutra) selon lui. Mon mari n'a pas apprécié et a voulu que je vienne de force et désobéissant à mon père, car pour mon mari on est déjà mariés aux yeux de dieu et de la loi et rien n'empêche cela à part mon père.
la situation a dégénéré et je suis arrivée à l'étape où je risque de divorcer. j'ai vraiment besoin de vos conseils par pitié. est ce que je dois suivre mon mari et partir contre la volonté de mon père ou suivre mon père malgré la position de mon mari qui s'obstine à dire que je lui ai tourné le dos et que j'ai pris partie de mon père.
je vous en supplie éclairez-moi je risque de perdre mon mari ou ma famille et je suis désespérée cas je ne sais plus ce qui est bien ou pas et quel raisonnement est logique
baraka allahou fik

 

REPONSE

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Avant toute chose, on rappelle qu'il est bien difficile de traiter ce genre de différend familial par une simple réponse sur le net.

Cette situation nécessite quelques éclaircissements, et il existe certainement plusieurs solutions pour résoudre ce problème, mais il faut parler et discuter sincèrement afin de trouver un accord et préserver ce mariage qui est un lien sacré.

Cette fille a contracté un mariage mais vit toujours sous le toit de son père. Quelle faute a donc commise la pauvre pour se retrouver dans la situation où elle doit choisir entre son père et son mari ?

Si j'ai bien compris la situation, le problème essentiel réside dans le fait que la femme va se trouver seule avec son mari alors que le mariage n'est pas encore consommé ?

Il faut savoir qu’il est possible de se mettre d’accord pour considérer cet isolement comme une consommation légale du mariage, étant donné que le mari aura la possibilité de se retirer avec sa femme.

Sinon, veuillez nous donner plus de détails.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam aleykum serait-il possible d’avoir une réponse d’un cheikh svp? 

1ère question : 

Est t-il permis à un homme marié de vouloir sortir le soir sans obligation mais entre amis pour « le plaisir » regarder un match du foot, aller dans un hamam tandis que sa femme lui formule qu’elle ne souhaiterais pas qu’il sorte le soir et ne la laisse pas seule mais qu’il le fasse plutôt dans la journée à part si c’est pour une obligation comme la salat, le travail et exceptionnellement pour voir des amis mais dans ce cas qu’il ne tarde pas longtemps? Le mari refuse clairement de changer car les sorties du mari sont estimés à 2/3 fois et qu’il juge peu et dis à la femme de faire avec et qu’elle est ingrate et égoïste. Est ce que cela est correct ou non? 

2ème question : Est-il permis à un mari de voyager seul avec des amis pour le plaisir en laissant son épouse sachant que son épouse n’est pas d’accord sauf en cas d’obligation encore une fois comme le travail ou autre? 

3ème question : Est ce que la femme est-elle égoiste d’imposer ces conditions à son mari sachant qu’elle ne lui dit pas de rester enfermer mais d’être responsable dans le but de préserver leur mariage ou est-ce lui qui est injuste?


J’espère que les questions sont claires 

Barrak Allahu fikum

Lire la suite...

Dernières réponses

Réponses les plus consultées

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.