بسم الله الرحمن الرحيم

اللهم صل على سيدنا محمد الفاتح لما أغلق والخاتم لما سبق ناصر الحق بالحق والهادي إلى صراطك المستقيم وعلى آله حق قدره ومقداره العظيم

Questions de Fiqh

Asalamou aalaykoum wa rahmatou allahi wa barakatouhou

Voilà je suis enceinte de mon deuxième enfant et j’accouche normalement dans 15 jours inchallah. Mon premier enfant est en santé hemdoulileh. Mais avec cette grossesse, notre bébé présente beaucoup de problèmes de malformation. Les médecins ont décelé une malformation du pied droit, une malformation des reins, une malformation importante du cœur et une très grave malformation du cerveau. On nous a dit à mon mari et moi que notre bébé ne sera probablement incapable de respirer de lui même à la naissance ou de se nourrir au lait. Il sera donc sûrement branché à un respirateur et sera nourri au gavage. De plus on nous a dit que les pronostiques de vie ne sont pas positifs et que l’on ne sait même pas s’il va survivre au travail de l’accouchement. S’il vit, on nous a expliqué qu’il ne pourra pas parler, marcher, voir ou même avoir une intelligence car son cerveau ne s’est pas développé et que tout cela vient avec des crises d’épilepsies.

Ceci dit en discutant avec les médecins on nous a expliqué que si le bébé se trouve en état d’urgence lors de l’accouchement dû à son cœur qui faiblit, il faudra faire une césarienne d’urgence et que je pouvais refuser car nous désirons avoir d’autre enfants et avec la césarienne le post accouchement est plus compliqué. J’ai quand même pris la décision de faire une césarienne d’urgence si cela est nécessaire afin de sauver la vie du bébé car je ne veux pas faire quelque chose pour laquelle je serai jugé par Dieu surtout que ce n’est pas à nous de décider de la vie ou de la mort.

Par contre il y a un point que nous avons discuté avec les médecins et c’est le fait que vu que bébé présente beaucoup de problèmes on nous a dit qu’il se peut qu’il décède à l’accouchement ou quelque temps après et que nous pouvons refuser la réanimation car celle ci aggraverait le cas de son cœur et son cerveau et qu’à la suite d’une réanimation bébé vivra une vie branché artificiellement.

Je voulais donc savoir si cela était haram de refuser une réanimation si bébé décède car malgré toute la peine que cela nous fait, c’est difficile d’accepter de réanimer pour que notre enfant soit branché artificiellement.

Si possible de nous donner votre avis car j’ai lu quelque part que la réanimation diffère du fait d’ôter la vie et que cela est permis en islam de refuser un traitement ou une réanimation.

Nous espérons avoir un avis rapidement car nos cœurs de parents souffrent énormément.

Merci bien
Barakallahou fikom

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Effectivement, l’état de cet enfant est très compliqué. Nous demandons à ALLAH qu’Il le traite avec Son entière douceur, et de procurer à ses parents la patience, la foi, et l’acceptation du décret de Dieu, qui contient sans doute une sagesse divine, et ALLAH est bon envers Ses serviteurs, miséricordieux envers Sa création.

Quant à la réponse à la question posée, le problème est délicat. Les parents doivent remettre l'affaire à Dieu, la vie et la mort sont entre Ses mains. La situation de ce fœtus doit être confirmée par le consensus médical des médecins spécialistes et dignes de confiance.

Les parents ne peuvent cependant pas refuser la réanimation et la respiration artificielle pour l’enfant, sauf s’il n’y a plus d’espoir pour sa vie, c'est-à-dire qu’il est considéré comme mort; ici seulement il est permis d'arrêter la réanimation.

C’est ainsi que le Comité permanent de la recherche et de la fatwa a déclaré dans sa réponse à une question concernant un enfant sous respiration artificielle qui, si on lui retire, mourra au bout de dix minutes :

« Si la situation est telle que mentionnée, il n'y a aucune objection à retirer le système respiratoire de votre fils si deux médecins ou plus affirment qu’il est décédé, mais il faut attendre pendant une période appropriée après l'avoir retiré de lui de telle façon que sa mort soit certaine. »

Pour notre part, nous nous orientons vers ALLAH le Très-Haut en lui demandant d’envelopper ces parents dans Son entière miséricorde et préservation et de leur octroyer Sa douceur et une issue favorable, et, certes, toute difficulté a forcément une fin et chaque tourment a son soulagement.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam aleykoum

Je me réfère beaucoup à votre page pour en savoir toujours plus sur ma religion et spécialement sur la tariqa tidjaniya donc merci pour ce magnifique travail que vous êtes en train de réaliser sur cette page.
Aujourd'hui ma question est la suivante : Qu'est ce que l'islam dit sur les enfants nés hors mariage ? Porteront ils le nom de leur père si la maman était célibataire ?....

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

La question de l’établissement des liens généalogiques de l’enfant illégitime est un sujet complexe qui est sujet à divergence.

L’élément qui fait l’unanimité concernant un fils né hors mariage (« ibn zina »), c’est que sa lignée généalogique sera rattachée à sa mère. Ensuite, si elle est musulmane, il aura alors le même statut que les autres musulmans et il sera soumis aux mêmes dispositions légales concernant l'héritage, le mariage ou la tutelle, etc.

Si le père désire le rattacher à lui généalogiquement, la majorité des savants (« joumhour ») interdisent cela, car il l’a conçu au cours d’une relation illégale, exception faite des hanafites qui l’autorisent.

En tous cas, même s’il l’enregistre sous son nom dans l’état civil, cela n’aura aucun effet jurisprudentiel et ne peut à la limite que faire partie de la bonté envers l’orphelin, et on demande à Allah le pardon et la protection.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Salam aleykoum

Je voudrais savoir si lorsqu'une femme accouche ce sont ses grands et petits péchés qui sont pardonnés ou si c'est uniquement ses petits pêchés qui sont pardonnés ?

Barakallahofik

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Il n’y a pas de doute que la grossesse et l’accouchement font partie des choses les plus difficiles et les plus douloureuses pour la femme. Il est confirmé dans la tradition que tout ce qui touche le croyant comme tristesse ou douleur contient une purification des petits péchés. Cela fait partie de la miséricorde d’Allah le Très Haut. Quant au pardon total de l’ensemble des péchés, il n’y a pas de hadith authentique qui le confirme. Ce qui est confirmé, c’est que si la femme décède au cours de l’accouchement, elle aura la récompense d’un martyr, comme l’indique le hadith cité dans « Al Muwatta » : les martyrs sont au nombre de sept, et il a cité parmi eux la femme morte en raison de l’accouchement, que ce soit avant, pendant ou après.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

As salamou aleykoum
Je voudrais savoir s’il est obligatoire de raser la tête du nouveau-né?
Merci.

 

Réponse de l’imam prêcheur Cheikh Sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Raser la tête du nouveau-né est un acte méritoire et souhaitable, mais pas une obligation. Il faut prendre en considération l’état de santé du bébé et si on peut raser sa tête sans risque, sinon on peut directement donner l’aumône d’une somme d’argent.

Et Allah est plus savant.

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou.

 

 

Salam Allaykoum
Ma question concerne la 'aqiqa pour mon fils qui a bientôt 3 mois inchAllah:
- Puis je faire le sacrifice des 2 moutons par le biais d’un don en mettant l’intention ( ainsi des gens nécessiteux pourront bénéficier ) ou suis-je obligé de faire moi même le sacrifice étant son père ? J’avoue que j’ai peur de mal faire le sacrifice car jamais fait seul auparavant.
BarakAllah oufikom d’avance pour votre réponse.

 

Réponse de l’imam prêcheur cheikh sidi Mohamed Elhadi LITIM (qu’ALLAH le préserve)

Au Nom d'ALLAH le Tout Miséricordieux, louange à Allah et que la prière et le salut soient sur le Messager d’Allah, ensuite :

Wa ‘Alaïkoum assalam wa RahmatouALLAH wa Barakatouhou.

Le sacrifice rituel pour la naissance 'aqiqa est une sounna méritoire. S’il y a une gêne pour l’accomplir vous-même, vous pouvez le faire par procuration, c'est-à-dire envoyer l’argent à une personne qui s’occupera d’accomplir le sacrifice à votre place; ensuite, vous donnez la viande en aumône. Ceci est permis et celui qui fait cela est récompensé.

Mais si vous donnez aux pauvres un don d’argent équivalent au prix de deux moutons, ceci sera une aumône mais vous n’auriez pas accompli le rite de 'aqiqa.

Et Allah est plus savant

Wa Salam ‘Alaïkoum wa Rahmatou ALLAH wa Barakatouhou

Ma première fille a 16 ans aujourd'hui. A sa naissance j'avais pas les moyens d'égorgé un mouton pour le sacrifice du baptême. 
Est ce c'est possible de le faire maintenant? ou bien
Que dois je faire ?

Lire la suite...

As salamou aleykoum

Je voudrais connaître la loi islamique concernant le nom du nouveau-né, peut-on le donner à la naissance ?

Lire la suite...

Dernières réponses

Réponses les plus consultées

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.